Geneuille

GENEUILLE

 
Sur la rive gauche de l’Ognon, à 12 kilomètres au Nord-Ouest de Besançon, la commune de Geneuille occupe une vallée de 220 mètres d’altitude au pied des collines bordant le RN57 et dessine une petite France de 645 hectares dont 1/3 en forêts.

Son blason est celui des seigneurs Cabet, premiers seigneurs de Geneuille : « d’argent à la fasce de sable accompagnée de trois têtes d’aigles arrachées tournées à senestre et posée deux et une »

Le sable ou noir signifie l’espérance, la pureté, la charité et l’innocence.

Sa devise « Quo tutius quo melius » peut se traduire par « Quand on a tout c’est mieux »

 HISTORIQUE

Le nom de Geneuille apparaît pour la première fois en 967 sur un acte royal assurant la propriété de son église au Chapitre Saint-Jean de Besançon.

Jusqu’à la Révolution, seigneurs laïques et ecclésiastiques vont se donner, se reprendre et se partager Geneuille, ses habitants et ses terres, car sa situation stratégique en fait une commune convoitée par ses voisins et les troupes de passage.

Si pendant des siècles l’agriculture reste l’occupation principale des gens de Geneuille, il ne reste aujourd’hui qu’une seule exploitation agricole sur les dix encore recensées en 1980.

Au XIXème siècle, deux entreprises emploient les habitants : la papeterie, installée sur les bords de l’Ognon, et la saline située aux abords de la route Besançon-Vesoul.

La construction de la ligne du Tacot par des ouvriers italiens, logés près du presbytère, et la débâcle de 1940 amenant beaucoup de réfugiés mosellans au village, constituent deux évènements notables de l’histoire contemporaine de Geneuille.
Une fois de plus dans son histoire, Geneuille vit actuellement une mutation importante avec son entrée dans la Communauté de Communes du Val de la Dame Blanche en 2002 et la construction de la ligne du TGV-Est commencée en 2006.

Si la population de Geneuille n’a cessé de croître régulièrement tout au long du XXème siècle pour atteindre 655 habitants en 1985, elle a carrément doublé ces quinze dernières années, montrant la vitalité d’une commune réputée autant pour son dynamisme économique que pour sa qualité de vie.


LES PAPETERIES 1834-1968


En 1834, la famille Outhenin-Chalandre achète et exploite le vieux moulin sur l’Ognon pour produire du papier.Cette famille fortunée fera pendant plus de 100 ans la prospérité de Geneuille.



En 1851 la papeterie de Geneuille est la plus importante de Franche-Comté par le tonnage de papier produit, et devient dans les années suivantes une institution dont toute la commune profite : développement des voies d’accès, logements ouvriers, nouvelle école, nouvelle fontaine, bureau de poste, nouveau cimetière et même fanfare et club de football.

 
Les Papeteries de France ont fermé en 1968 mais « l’Hymne national » de Geneuille reste le « le Chant des Papetiers » encore chanté par quelques anciens du village.




CHÂTEAUX ET ÉGLISE

Le Château de la Dame Blanche : construit dans les années 1880 pour servir d’habitation aux propriétaires des Papeteries de France, il sera utilisé une vingtaine d’années, à la fin du XXème siècle, par la communauté chrétienne de la Roche d’or pour des retraites spirituelles.

Depuis 2001, le Château de la Dame Blanche est un hôtel-restaurant classé 3 étoiles.

Château Lyautey-Béneyton plus ancien que le précédent, il sera attribué à Pierre-Antoine Lyautey lors d’une retraite bien méritée après une carrière brillamment menée dans la vie militaire. Cet exemple sera suivi par ses fils et les générations suivantes. Son arrière petit-fils, le Maréchal Lyautey, considéré comme le créateur du Maroc moderne, vint en personne poser une plaque au souvenir de Pierre-Antoine Lyautey contre le mur est de l’église.



L’église : construite sur les vestiges d’une ancienne chapelle, le corps de l’église date du XIVème siècle. En 1727 l’abbé Marchand fait obtenir aux habitants de Geneuille l’autorisation d’ouvrir une carrière pour rebâtir leur église. En 1778, l’abbé Rozet fait installer une cloche en bronze sur laquelle est gravée : « A28. Afferte domino gloriam et honorum, adorate Dominum in sancto ejus »et qui donne le fa dièse.
 

FONTAINES


La fontaine la plus ancienne de Geneuille, installée sur une source romaine, a été entièrement rénovée ces dernières années.

 


La grande fontaine surnommée « le bureau central de la Gazette », construite à la fin du XIXème siècle, attendra 1936 pour être alimentée en eau potable.

CHEMINS ET ETANGS


Sur la commune de Geneuille passent plusieurs sentiers de petite randonnée et de promenade permettent de parcourir les forêts communales et d’aller rêver sur les bords de l’étang de l’Aurêtre.
La via Francigena, ou Voie des Romeux, chemin de pèlerinage de Londres à Rome, traverse Geneuille d’Ouest en Est, intégrant le village dans la chaîne d’accueil des pèlerins, chaque année plus nombreux.


Un sentier dit de découverte est en cours d’aménagement sur les bords de l’Ognon et l’étang de l’ancienne gravière, lieu privilégié de promenades familiales, sera inclus dans un projet avec la dizaine d’hectares qui l’entourent.

Site réalisé par IntraMuros SAS | Mentions légales | CGU | Copyright 2020